Rod Ellis

04ARod Ellis
Université Curtin (Perth, Australia)

La rétroaction corrective orale en ALS : une perspective holistique

La rétroaction corrective (RC) est un phénomène extrêmement complexe. Dans cet exposé, je soutiendrai que la recherche sur la rétroaction corrective nécessite de reconnaître la complexité de celle-ci en tenant compte de ce qui suit :

  1. Les stratégies générales qui figurent dans les typologies de la RC ne sont pas monolithiques. Des recherches sont nécessaires pour examiner comment des stratégies telles que la reformulation ou les indices métalinguistiques sont mises en œuvre de diverses manières dans différents contextes d’enseignement et avec différents apprenants.
  2. La RC peut être immédiate ou différée ; les chercheurs se sont surtout concentrés sur la RC immédiate, mais il est également nécessaire d’examiner les cas de RC différée.
  3. L’efficacité de la RC dépend des conditions liées à la façon dont la rétroaction est fournie — avec ou sans gestes, de manière intensive ou extensive, en un seul mouvement ou en plusieurs mouvements — et si cette RC est disponible seulement pour la personne cible qui doit faire l’objet d’une correction, ou si elle peut aussi viser les individus qui ne sont pas directement concernés par celle-ci.
  4. L’efficacité peut également dépendre du fait que la rétroaction est graduée selon les propositions des chercheurs qui s’inspirent de la théorie socioculturelle ou du fait qu’il s’agit d’une rétroaction plus brève et ponctuelle, comme c’est le cas dans les recherches fondées sur des théories cognitives et interactionnistes.
  5. L’efficacité de la RC varie selon la structure grammaticale visée par la rétroaction.
  6. L’efficacité de la RC est médiée par divers facteurs internes de l’apprenant — ses croyances au sujet de l’apprentissage et de la RC, son niveau de compétence, sa capacité de mémoire de travail, sa capacité d’analyse linguistique, son anxiété à l’égard de l’apprentissage de la langue et bien d’autres facteurs qui distinguent la psychologie des apprenants.

Je conclurai en suggérant que, pour mieux comprendre la nature complexe de la RC et de son effet sur l’acquisition d’une L2, il serait temps de prendre du recul par rapport aux innombrables études expérimentales qui caractérisent les enquêtes actuelles des chercheurs et de se tourner à nouveau vers la recherche descriptive et interprétative qui peut faire la lumière sur la RC en tant que phénomène cognitif, social et affectif de type holistique, ainsi que l’engagement des apprenants à son égard.

Note biographique

Rod Ellis est actuellement professeur de recherche à la School of Education de la Curtin University de Perth, en Australie. Il est également professeur à l’Université d’Anaheim, professeur invité à la Shanghai International Studies University dans le cadre du Chang Jiang Scholars Program de Chine et professeur émérite à l’Université d’Auckland. Il a récemment été élu membre de la Royal Society of New Zealand. Ses publications comprennent des articles et des livres sur l’acquisition de la langue seconde, l’enseignement des langues et la formation des enseignants. Son livre plublié récemment (2016) s’intitule Becoming and Being an Applied Linguist (John Benjamins). Parmi les autres publications récentes, mentionnons également Language Teaching Research and Language Pedagogy en 2012 (Wiley-Blackwell), (avec Natsuko Shintani), Exploring Language Pedagogy and Second Language Acquisition Research en 2014 (Routledge) et Understanding Second Language Acquisition 2nd Edition en 2015 (Oxford University Press). Il a également publié plusieurs manuels de langue anglaise, dont Impact Grammar (Pearson : Longman). Il a occupé des postes universitaires dans six pays différents, en plus d’avoir dirigé de nombreuses consultations et séminaires dans le monde entier.